Translate

Dernières actus
Chargement...
25 août 2017

Imprimer/Print Friendly and PDF



A lire sur le site de Valeurs Actuelles du 24 août 2017 : Macron essuie un échec cinglant en Roumanie
Je cite : « En tournée à l'étranger pour négocier un accord sur les travailleurs détachés, Emmanuel Macron n'a pas convaincu son homologue roumain.

Le président roumain a déclaré aujourd'hui que la directive européenne sur le travail détaché devait être améliorée tout en exprimant son désaccord avec Emmanuel Macron sur la nécessité de le faire d'ici janvier, comme le voudrait le président français. Ce dernier n'obtient donc pas d'accord.

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Bucarest, Macron a tout de même déclaré qu'il était persuadé qu'un accord serait trouvé d'ici la fin de l'année.

Une tournée en Europe centrale

Le couple présidentiel français a entamé une tournée dans les pays d'Europe centrale et orientale pour trouver une solution au problème des travailleurs détachés. Emmanuel Macron, après la Roumanie, est attendu en Bulgarie dans les prochains jours. ».


Les Français se demanderont sûrement quelle est l’utilité de Brigitte Macron dans cette tournée en Europe centrale mais selon la formule lancée par François Hollande en toute irresponsabilité : « c’est l’État qui paie »,  les Français, plus précisément...

Depuis Bucarest, Emmanuel Macron se permet de dire que «Les Français détestent les réformes».

Or, ce président a oublié ses promesses de ne pas parler de la France à l’étranger, c’est l’usage ; on ne lave son linge sale qu’en famille. Les dérapages d'Emmanuel Macron sont récurrents mais tout de suite excusés par la doxa médiatique sachant les transformer en exploits des 24 Heures du Mans, le temps que les mémoires de poissons rouges se soient focalisées sur une balise clignotante et hurlante.

Les journalistes n’aiment pas avoir tort, ils ont parié sur Macron, un cheval de trait qui n’était, à l’origine qu’un canasson, mais qu’ils ont regardé avec des lunettes loupes pour en faire un cheval de course. Il n’y a pas que les électeurs qui ont été tétanisés tels des lapins devant les phares d’une voiture... des 24 Heures du Mans… (elle était facile, celle-là…). Les médias restent séduits par le sourire carnassier, le charisme, l’intelligence, la beauté du bel Adonis bellâtre… Pardon, il n’est pas facile de trouver des qualificatifs dignes d’un prince ou d'un roi lorsque l’on n’est pas convaincu…

Emmanuel Macron a une très haute opinion de lui-même, trop haute d’ailleurs… Il s’est déjà pris une veste avec Trump et pense pouvoir mener à la baguette des Chefs d’État et hommes et femmes politiques aguerris. Une bonne grosse poignée de mains et une tape dans le dos les laisseront de marbre, ils jouent dans la cour des grands : pour eux, la communication n'est pas un jeu de travestissements pour se montrer ou se monter à la hauteur des autres...

Emmanuel Macron est un novice en politique, il n'était que dans les coulisses de Bercy et il n’a pas compris -ou oublié- qu’il existe un parlement européen où le PPE (Parti populaire européen), regroupant des Républicains et centristes et PSE (Parti socialiste européen) et autres gauchistes en tous genres macron-compatibles en capacité de faire abroger cette loi en concertation avec d’autres pays concernés par la concurrence déloyale des travailleurs détachés.

Cette tournée en Europe centrale est donc parfaitement inutile si Emmanuel Macron communique avec les fans cités plus haut. Cette démarche coûteuse pour les Français n’est que de la poudre aux yeux et nous rappelle un ancien président nommé Sarkozy qui s’agitait beaucoup pour peu de résultats. En fait, Emmanuel Macron est un hybride, croisé (rien à voir avec nos croisés légendaires…), croisé entre un François Hollande qui n’osait pas nommer les terroristes islamistes et un Nicolas Sarkozy brassant beaucoup d’air et trépignant pour emmener… la France dans le mur, tout comme son successeur...

L’image donnée par cet hybride de la présidence de la République semble sonner le glas d’une époque où les prédécesseurs n’avaient rien à prouver tant ils l’incarnaient même si leurs résultats ont amené la France dans ce long tunnel qui l’ont transformée en territoire perdu dans l’Union européenne et la mondialisation. Emmanuel Macron a sans doute les crocs d'un loup et la fougue d'une gazelle sans pudeur mais il sera domestiqué et usé dans très peu de temps, le temps de brèves saisons.

25/08/2017
Sur le sujet : Travail détaché : violente crise entre Macron et la Pologne


A voir  : On a élu Emmanuel Le Pen !
 

Recevez les articles par mail

Spécial Edito

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...